Événement

Parti Talaie El-Hourriyet : Communiqué du Bureau Politique 

Alger, le 15 Septembre 2019

Le Bureau Politique du Parti Talaie El Hourriyet a tenu sa réunion ordinaire mensuelle, le Dimanche 15 septembre 2019, au siège national du Parti, sous la présidence de Monsieur Ali Benflis, Président du Parti.

Au cours de cette réunion, le Bureau politique a procédé à l’examen de la situation politique dans la perspective de la prochaine échéance présidentielle.

1-Le Bureau Politique a réaffirmé la conviction de Talaie El Hourriyet que l’élection présidentielle est la voie de sortie de crise la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social, pour peu que soient réunies les conditions politiques, institutionnelles et légales et que soit créé un environnement favorable pour la tenue d’un scrutin permettant, pour la première fois, au peuple algérien, d’exercer son droit de choisir librement le Président de la République avec l’assurance que sa volonté ne sera pas dévoyée.

2-Le Bureau Politique a procédé à une évaluation du dialogue national conduit par le Panel de médiation et de dialogue auquel Talaie El Hourriyet a pris part de bonne foi, animé par la volonté et le devoir de contribuer à l’émergence d’une solution pacifique à la crise que traverse notre pays. Une solution qui prenne en charge les aspirations populaires à un changement radical du régime politique en place et le lancement des bases pour la transformation de l’Etat national en Etat de droit et l’instauration d’un régime démocratique. 

3-Après examen des projets de Lois organiques sur la création de l’Autorité nationale électorale indépendante et l’amendement du régime électoral adoptés par les deux Chambres du Parlement, le Bureau Politique a tiré les conclusions suivantes :

3-1 concernant l’Autorité électorale :

Le Bureau Politique a relevé la prise en charge par le Panel de la revendication unanime de l’opposition concernant la création d’une autorité électorale indépendante dont les attributions couvrent l’intégralité du processus électoral. L’Autorité est maitresse de l’ensemble du processus électoral dans sa préparation et  son organisation, comme dans son contrôle. Elle hérite des compétences électorales, autrefois dévolues à l’appareil politico-administratif, qui en usait et abusait à sa guise.

Le Bureau Politique  a, toutefois, formulé certaines observations, notamment, sur :

le caractère permanent de l’Autorité au lieu d’un statut ad-hoc spécifique au seul prochain scrutin présidentiel dans la mesure où toute décision finale au sujet du mécanisme électoral relève, inévitablement, des réformes constitutionnelles et institutionnelles que le prochain Président de la République  engagera nécessairement.

le  caractère pléthorique de la composition de l’Autorité, portée à 50 membres, qui risque d’alourdir et de rendre plus complexe et plus lente la prise de décision en son sein.

l’attribution au  Conseil Constitutionnel d’une compétence en matière de recours contre les décisions de l’Autorité concernant les candidatures et le maintien de la compétence en matière de d’annonce des résultats définitifs de l’élection présidentielle, alors qu’il était attendu que le Conseil Constitutionnel, décrié, soit dessaisi de l’intégralité de ses tâches électorales.

3-2 en ce qui concerne le régime électoral :

La refonte du régime électoral adopté, a globalement atteint les buts qui lui étaient assignés : la neutralisation des interférences politiques sur le processus électoral par une mise à l’écart du Gouvernement et, en particulier, du Ministère de l’intérieur , l’exclusion de l’appareil administratif, à travers les Walis, de la gestion et de la conduite du processus électoral dans l’intégrité de son déroulement , la dépossession des élus locaux, dans leur majorité illégitimes, de toutes leurs attributions en matière électorale , et enfin, le tarissement  du régime électoral, dans des proportions appréciables, des sources de la fraude électorale.

Le Bureau Politique considère, cependant, que le Panel aurait dû circonscrire sa mission  à la seule échéance présidentielle et s’abstenir de stipuler pour l’avenir, en touchant aux futures élections législatives et locales. De même, l’amendement du régime électoral aurait dû, lui aussi, être conçu sur une base provisoire et limité aux seules dispositions affectant directement l’élection présidentielle. 

Le Bureau Politique aurait souhaité, par ailleurs, que l’amendement des conditions d’éligibilité à la fonction présidentielle, prenne en charge la correction d’une injustice, en expurgeant ces conditions des mesures discriminatoires à l’égard de notre communauté résidante à l’étranger.

4-Le Bureau Politique a constaté que les conditions institutionnelles et légales pour la tenue d’un scrutin présidentiel transparent, régulier et impartial, sont globalement réalisées, mais qu’il restait les conditions politiques et la création d’un environnement apaisé à réunir. 

Le Bureau Politique considère, à cet égard, que le départ de l’exécutif actuel, rejeté par le peuple,  et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales crédibles et respectées, de même que la mise en œuvre de l’ensemble des autres mesures mises en exergue dans le rapport final du Panel, et qui portent sur des droits et des libertés, seront assurément de nature à aider à créer l’environnement propice à une participation électorale importante donnant au Président élu la légitimité suffisante pour engager les réformes politiques économiques et sociales indispensables pour jeter les bases de l’émergence d’une société du droit et des libertés, la construction d’une économie nationale diversifiée, performante, productrice de richesses et un système social fondé sur la solidarité, l’inclusion et l’équité.  

  

5-Le Bureau Politique reconnait que la création de l’Autorité électorale et l’amendement du régime électoral constituent une avancée notable dans la pratique électorale nationale. S’il est vrai qu’il existe encore des insuffisances dans le dispositif électoral, le régime électoral largement remanié peut encadrer les élections présidentielles  qui présentent des garanties acceptables de liberté, de transparence et de crédibilité, l’éradication totale du phénomène de la tricherie électorale relevant également de l’impératif de la moralisation de la pratique politique et de la vie publique. Le Bureau Politique a relevé, à cet égard, un nouveau gage, produit du mouvement populaire, qui réduit considérablement la marge de la fraude, à savoir, la vigilance populaire durant le déroulement du scrutin.  Il reste, cependant, à dissiper les doutes, à apaiser les craintes, à tisser des liens de confiance, à réunir les conditions, pour assurer un environnement apaisé favorable à la réussite de ce scrutin salvateur. 

6- Le Bureau Politique considère, à cet égard, que le respect des libertés collectives et individuelles, notamment la liberté de réunion, d’expression et de rassemblements pacifiques est de nature à contribuer à la création d’un tel environnement.

7-  Enfin , le Président du Parti a informé les membres du Bureau politique , de la convocation de la 7eme Session ordinaire du Comité Central du Parti, pour le Jeudi 26 Septembre 2019, afin de procéder à l’examen de la situation politique du pays, à la lumière , notamment, du prochain scrutin présidentiel .  

Montre plus

Algérie Diplomatique

Est un site d'information global qui traite l'actualités politiques et diplomatiques de manière professionnelle et objective, tout en apportant un éclairage sur les opinions et analyses nationales et internationales, de manière libre et responsable.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close